Franglaispañol

Publié le 10 Août 2009


¡ Hola !

Qu’est ce que c’est que cette langue ? C’est tout simplement la langue pratiquée par les touristes comme moi qui ne parlent bien ni l’anglais ni l’espagnol (mais je m’améliore) et qui mixent ces deux langues avec un peu de français au milieu…

Pour pratiquer le franglaispañol, prenez deux touristes belges d’origine wallonne et parlant peu le français, ajoutez une israélienne, un argentin, une américaine et une française (moi-même en l’occurrence) et faites causer tout le monde ensemble… Il en ressort environ 75% d’anglais, 25% d’espagnol, le tout saupoudré de français…

Précisons qu’un certain nombre de règles de grammaire sont bafouées, que les temps utilisés sont aléatoires et variables dans une même phrase, et que l’on trouve par-ci par-là du vocabulaire expérimental. Le plus amusant, c’est qu’on arrive à ce comprendre, et que la conversation peut être soutenue et intéressante !

Si je fais le point aujourd’hui de ma pratique des langues étrangères, je peux dire :

   - que lire de l’anglais et de l’espagnol ne pose pas trop de problème. Je lis même mieux l’espagnol que l’anglais du fait de la similitude avec le français.

   - que comprendre l’espagnol comme l’anglais dépend énormément de la personne qui parle.
Je comprends mieux les anglais que les américains… Le débit de parole joue mais pas seulement, il est plus facile de comprendre quelqu’un qui met de l’intonation dans ses phrases que les personnes qui parlent sur un ton monocorde. Par exemple, hier et aujourd’hui j’ai pu discuter deux fois deux heures avec Wanda, une anglaise, sans que ça me pose de problème de compréhension à part deux ou trois mots que je ne connaissais pas mais qu’elle a pu m’expliquer.
Pour l’espagnol, même topo, en ajoutant une contrainte supplémentaire : la dentition de la personne ! Ben ouais, allez comprendre quelqu’un qui a toutes les dents droit en avant ou à qui il manque la moitié du matériel. Si vous rajouter un débit rapide et une incapacité à choisir un autre mot quand vous ne comprenez pas… c’est impossible !

   - que parler est plus facile en anglais qu’en espagnol pour une raison toute simple : j’apprend l’anglais depuis la 6è alors que j’apprends l’espagnol depuis fin novembre 2008. Les mots me viennent donc plus spontanément en anglais.
Il faut aussi tenir compte d’un autre élément : la capacité du cerveau à passer d’une langue à l’autre : si je viens de parler anglais, c’est encore plus difficile de parler espagnol ; si je viens de parler espagnol pendant plusieurs heures ou plusieurs jours, je n’arrive même plus à dire un deux trois en anglais ! Et parfois, lorsque je veux parler, les mots d’anglais et d’espagnol veulent passer en même temps dans les tuyaux alambiqués du cerveau… Résultat : je reste sans voix, rien ne sort !

Malgré tous ces aléas, je progresse dans chaque langue en faisant préciser un mot de vocabulaire par-ci, une prononciation par-là… Et même jongler entre les langues devient plus aisé.

Et puis parfois, on entend parler derrière soi, on se dit "whaou ! je conprends !" et puis on écoute un peu mieux et on réalise que ce sont des français qui parlent (en français bien sûr)…

Et pour le plaisir, voici deux photos prises hier, jour de repos… Une fleur du jardin devant ma chambre,


et un oiseau pris du hamac…


La nuit prochaine ne devrait pas être de tout repos : je quitte Vilcabamba ce soir par dernier bus pour Loja à 20h45, arrivée prévue à 22h. Une heure d’attente et je prends le bus qui va de Loja à Piura au Pérou, arrivée prévue à 7h00 demain matin.

Le prochain billet devrait donc être posté du Pérou…
Je quitte ce pays que j’ai découvert avec grand plaisir.

Si vous voulez revoir quelques images d’Équateur, vous trouverez une sélection "best of" en cliquant ici.
J’ai rassemblé quelques images sur le thème visages d’Équateur et ici quelques images sur le thème marchés et boutiques.

Petite précision pour ceux qui me posent la question par mail, pour ceux qui se posent la question sans l'écrire et ceux qui ne se posent pas de question : depuis Riobamba, je voyage seule. Pas le même rythme, pas les mêmes objectifs…
Bon vent à Nico !

¡ Hasta luego !



A propos du TDM, la publication précédente est , la publication suivante est ici.

Rédigé par Laélie

Publié dans #Equateur

Repost 0
Commenter cet article