El Monasterio de Santa Catalina de Siena

Publié le 2 Septembre 2009


¡ Hola !

Une quinzaine d’heures de bus plus tard, me voici arrivée dans la jolie ville d’Arequipa.

Pour voir quelques photos prises du bus entre Lima et Arequipa, cliquez ici.

Après une journée entre déambulations dans la ville et sieste (c’était nécessaire après avoir passé la nuit à côté du seul ronfleur du bus), me voici équipée pour visiter le monastère Sainte Catherine de Sienne appelé ici El Monasterio de Santa Catalina de Siena.

Êtes-vous prêts à plonger dans l’histoire d’Arequipa ? Encore une fois, êtes-vous prêts à me suivre durant plusieurs heures entre les murs d’un couvent ? Si oui, chaussez de confortables chaussures car déambuler sur les pavés n’est pas toujours de tout repos pour les pieds !

Ce monastère, qui s’étend sur 20 000 m², a été fondé en 1570 par Mariá de Guzmán, veuve fortunée qui vouait un culte particulier à Sainte Catherine de Sienne… d’où le nom du monastère car il faut savoir que cette sainte qui vécut au 14è siècle n’a jamais mis les pieds en Amérique du Sud.


Les futurs nonnes, filles de bonnes et riches familles espagnoles, entraient au couvent à un âge oscillant entre 12 et 16 ans. Elle passaient de une à quatre années au noviciat, temps durant lequel elles ne pouvaient recevoir de visite de leur famille.

Une fois qu’elles avaient prononcé leurs vœux, elles ne sortaient plus du monastère… même pas après leur mort puisque le monastère avait son propre cimetière.


En 1600, Arequipa connu un terrible tremblement de terre lié à l’entrée en éruption d’un volcan qui se trouve à seulement quelques km de là : le Chachani. La ville et le monastère furent en grande partie détruit. Les riches familles des nonnes acceptèrent d’aider financièrement à la reconstruction du monastère à la condition que leurs filles bénéficient d’un petit appartement (ou grand selon les moyens) à l’intérieur de la clôture. Chacune, toujours selon ses moyens, disposait de une à quatre servantes… ou esclaves.


A la fin du 19è siècle, une décision papale changea un certain nombre de règles : obligation de vie communautaire (dortoirs, cuisine collective, repas pris au réfectoire, plus de servantes…) et plus aucune dot pour entrer au couvent. Les moyens financiers pour entretenir les lieux ne pouvaient donc provenir que de leur travail (fabrication de savons, de crèmes de beauté, d’hosties, de vêtements religieux brodés…). Le couvent a été ouvert au public à partir de 1970.


Aujourd’hui, une vingtaine de nonnes vivent encore dans le monastère, dans une partie privée. Elles ont entre 18 et 80 ans et 4 novices s’apprêtent à entrer dans les ordres. Suite à une décision de Jean-Paul II, la règle a été assouplie sur quelques points : notamment, dans certaines circonstances, les sœurs peuvent sortir… pour se rendre chez le médecin par exemple.


J’ai parsemé ces explications de quelques photos prises dans ce monastère aux couleurs fabuleuses. Un vrai régal à photographier ! J’ai aimé me perdre dans les ruelles, déambuler dans les cloîtres, visiter les cellules, grimper au mirador, admirer les peintures… et surtout, imaginer la vie de ces femmes…


Voici une photo du plan actuel du monastère. La partie blanche dans laquelle se reflètent les lumières correspond à la partie privée.


Pour voir les photos du monastère, cliquez .


J’espère que la visite vous a plu !? Pour ma part, après avoir passé plus d’une heure à en faire le tour avec un guide, j’ai fait un second tour pour les photos qui a pris plus de 3 heures (avec une pause pour le repas quand même…).

¡ Hasta luego !



A propos du TDM, la publication précédente est , la publication suivante est ici.

Rédigé par Laélie

Publié dans #Pérou

Repost 0
Commenter cet article

philae 04/09/2009 19:51

jolie palette de couleurs

Laélie 05/09/2009 23:55


Période blanche, période orange, période bleue... y'en a pour tous les goûts !


armelle 04/09/2009 08:24

Fantastique ! Arequipa et en particulier Santa Catalina, c'est un de mes plus beaux souvenirs du Pérou :) Et aussi les crèpes et les jus de fraise à l'Alliance française, et la vue de la terrasse du toit de l'alliance française...

Laélie 04/09/2009 19:31


Un régal à photographier !
Et je cours immédiatement à l'Alliance Française : c'est l'heure du repas et c'est juste à côté... en prime, j'adore les jus de fraises !!! Je vais boire celui-ci en pensant à toi.


gandet francia 04/09/2009 00:12

superbe , le monastère a du être repeint , je ne me souvenais pas de ces belles couleurs , surtout le bleu ....bonne balade au pied du Misti .
francia

Laélie 04/09/2009 00:35


Il m'a paru bien entretenu... je pense que pour faire face à la concurence de Cuzco et retenir un peu les touristes ici ils ont pas trop le choix. Le monastère est quand même le monument majeur de
la ville.
Quoiqu'il en soit, j'ai apprécié !


titi 03/09/2009 21:46

je voie que le pied va mieux ,merci pour cette belle visite aux couleurs chaude

Laélie 04/09/2009 00:10


Le pied va mieux bien que ma cheville était un peu enflée hier soir après tous ces pavés !
Du coup, aujourd'hui j'ai décrété que c'était jour de repos... ça m'a laissé le temps de mettre toutes ces photos en ligne !


Maryline et David 03/09/2009 21:24

merci pour la visite, nous aussi on a apprécié le silence (les filles dormaient) et les couleurs (en plus avec du ciel bleu c'est super... cela semble plus ensoleillé que l'équateur)

Laélie 04/09/2009 00:08


C'est plus ensoleillé mais faut dire que c'est carrément plus au sud. Ici, il tombe seulement 250 ml d'eau au m2 par an ! Une visite très tranquille... avec parfois l'impression que j'étais
seule dans l'enceinte : le top !