El parque nacional Los Arrayanes

Publié le 25 Octobre 2009


¡ Hola !

Après une nuit à tenter de dormir entre deux ronflements de Marcelo, mon co-locataire (les joies du dortoir), je suis réveillée par un rayon de soleil. Ben si, c’est possible ! Aujourd’hui, il fait enfin un temps normal pour la région et la saison : soleil, froid, vent…

Je prends le bus, pas aussi tôt que j’aurai voulu mais je profite de l’absence de ronflements matinale pour récupérer un peu. Donc, 9h45 je pars en bus en direction de Villa La Angostura, une petite ville de l’autre côté du Lago Nahuel Huapi, à 80 km de Bariloche. L’occasion de longer le lac et de faire quelques photos…


Prise de renseignements à l’office de tourismes puis je me dirige vers le port afin d’acheter un billet retour. Retour de quoi me direz-vous ? En fait, mon projet est de traverser el parque nacional Los Arraynes qui se trouve sur la Peninsúla Quetrihué par le seul chemin existant et d’aller rejoindre un petit port à la pointe de cette péninsule.

C’est partie pour quelques heures de rando à travers une superbe forêt et, par moment, le long du lac Nahuel Huapi.


Je croise quelques randonneurs qui ont choisi de faire l’aller-retour, je double ou me fais doubler alternativement par deux ou trois couples mais globalement, c’est une rando solitaire animée par le bruit du vent (je ne fais pas que l’entendre d’ailleurs), le toc-toc des pivers, le chant des oiseaux et le grincement des arbres.


Quelques heures de tranquillité appréciées et à apprécier car l’arrivée au port se fait en même temps que les groupes qui font l’aller-retour en bateau… Je me retrouve brutalement au milieu d’un énorme troupeau bruyant qui est là pour 30 minutes et qui parcourt un micro bout du parc aménagé avec des passerelles pour ne pas abîmer un superbe bosquet d’arraynes. Les arraynes sont une variété d’arbre très particulière que l’on trouve disséminée un peu partout dans la région mais avec une exceptionnelle concentration à la pointe de cette péninsule… d’où le parc.


Chocolat chaud, une heure de bateau, puis terminal terrestre pour le bus de retour. Arrivée à Bariloche à tombée de nuit : il est presque 20h… La cheville se rappelle à mon bon souvenir, il faut dire qu’une fois le compte fait je me rends compte que j’ai quand même pas mal marché :
- 2 km de l’auberge au terminal terrestre de Bariloche (le soir, je l’ai joué flemmarde : j’ai pris un taxi) ;
- 3 km du terminal terrestre de Villa jusqu’à l’entrée du parc (à côté du port) ;
- 12 km sur le sentier du parc ;
- 3 km du port au terminal.
Ça fait un cumul de 20 km dont 8 sur trottoir…

Après ce petit compte, je vous laisse regarder les photos du jour ici.

Demain, je quitte l'Argentine pour le Chili… vous pouvez revoir quelques visages ici et le best of est .

¡ Hasta pronto !



A propos du TDM, la publication précédente est , la publication suivante est ici. 

Rédigé par Laélie

Publié dans #Argentine

Repost 0
Commenter cet article

josette jcj 31/10/2009 22:23


lacher prise et laisser son esprit te rejoindre pour ce voyage que tu sait si bien partager avec tes photos
bises jcj


Laélie 01/11/2009 00:15


Aah ! C'est donc ça l'esprit que j'ai vu passer !?
Je suis contente de partager ce voyage avec vous même si j'aimerai parfois, souvent, le partager d'une autre façon... On se rejoint où ?


titi 29/10/2009 19:58


j' ai bien aimer la serie des visages,il fallait y penser bises


Laélie 29/10/2009 23:33


Merci... Quand l'occasion se présente, j'aime bien faire quelques portraits.


armelle 29/10/2009 08:17


Toujours aussi époustouflant ! Je n'en perds pas une miette :)


Laélie 29/10/2009 19:18


Un coin de plus à voir et revoir, avec une meilleure météo si possible !