Escapade à El Chalten

Publié le 22 Octobre 2009


¡ Hola !

Plus de nouvelles ? Ben ouais, j’étais un peu loin de tout réseau… heu enfin, pas tout à fait mais disons qu’il n’y avait pas le wifi à l’auberge et que les cybercafés du village proposaient un matériel un peu obsolète ne permettant pas d’utiliser une clé USB. Bon, ça c’est pour l’aspect "éloignement de la technologie", mais à El Chalten, on trouve autre chose : en s’éloignant de la technologie, on se rapproche des montagnes ! Et quelles montagnes ! La star des lieux est bien évidemment le Fitz Roy, mais ce n’est pas le seul sommet, ni le seul intérêt. Bon, je vous raconte :

Mardi : Je prends le bus de 8h30 pour aller de El Calafate à El Chalten. Pluie et neige mêlées m’accueillent à la sortie de l’auberge. Pluie et neige alternent tout au long du parcours. Seule la neige est présente à l’arrivée…
Pause au centro para visitantes où on nous distribue cartes sommaires et recommandations avant de lâcher tous les touristes du bus au milieu du village. Je m’installe dans l’une des auberge du coin.

L’accueil chaleureux de Cecilia et Vanilla fait vite oublier la rusticité des lieux. Sur leurs bons conseils et malgré la météo, je pars en direction du mirador de los cóndores. Petite grimpette de quelques dizaines de minutes durant lesquelles je prends le temps de regarder la flore de près. Avec la lumière particulière de ce temps neigeux, les paysages semblent être en noir et blanc et seul les boules de fleurs rouge vif apportent de la couleur à l’ensemble.

Quelques pas avant d’arriver au sommet, un cri inhabituel me donne l’espoir d’apercevoir les oiseaux qui ont donné leur nom à ce lieu. Ma joie de les voir voler est vite tempérée, voire refroidie, par le vent glacial qui souffle au sommet ! Je résiste héroïquement pour vous permettre de voir quelques images des trois beaux condors qui tournent au-dessus de ma tête. Vous avez vu comme je pense à vous quand même ? (
Petite note personnelle : Armelle, c’est quoi l’état après hystérique ?)


Le Fitz Roy, normalement visible de ce point de vue, est encapuchonné jusqu’aux yeux ! On le devine parfois, comme une silhouette fantôme au milieu des nuages. La météo s’étant nettement améliorée (il ne neige plus et au-dessus de ma tête, le ciel comporte plus de bleu que de blanc), je décide de poursuivre mon chemin jusqu’au mirador suivant : el mirador de las águilas. Belle vue sur le lago Viedma et sur les aiguilles qui se sont dégagées pendant ma balade : Cerro Solo, Techado Negro, Saint Exupery, Poincenot et le Fitz Roy ! Superbe !


Une chouette balade. Au retour à l’auberge, je fais connaissance avec Aurélie, française installée à Montréal depuis quelques années. Soirée pizza (je repars avec ma moitié restante sous le coude pour le pic-nique du lendemain).

Les photos de cette journée sont .

Mercredi : Direction la laguna Torre où, selon Cecilia, nous devrions être à l’abri du vent. Rapidement, en effet, nous nous trouvons en forêt avant d’atteindre le point de vue sur le Cerro Torre. Mais où est cette aiguille ? Ben dans les nuages bien sûr ! Car malgré un souffle du diable, ou un vent à décorner les bœufs, tous les sommets restent le nez dans le cotton. Seul le Cerro Solo est occasionnellement visible. Arrivées à la lagune, en plus de la beauté des lieux nous retrouvons le vent qui ramène les icebergs sur les rives.


L’endroit est sympa malgré la rudesse du climat. Au retour, nous bifurquons afin de faire une petite boucle et nous retrouvons le vent qui nous secoue comme dans un shaker à l’arrivée au village.

Un bon plat de pâtes pour nous remettre de cette journée et dodo de bonne heure pour Aurélie qui prends le bus demain matin à 7h30. Bon voyage !

Les photos de cette journée sont .

Jeudi : Départ en rando pas très tôt… le temps est pire qu’hier : à peine moins de vent, un peu plus de pluie… Je pars en direction de la laguna Capri et en fonction du temps, j’irai ou je n’irai pas jusqu’au mirador de Piedras Blancas.

Une fois parvenu à la laguna, le temps étant ni pire ni meilleur, je décide de poursuivre jusqu’au mirador car comment résister à la vision du superbe glacier bleu qui domine ce point de vue et que l’on aperçoit de loin ?


Donc, malgré ma cheville un peu fatiguée, je continue, traverse zone marécageuse et forêt pour atteindre le mirador. La pente du glacier qui vient vêler dans une lagune verte est assez impressionnante. Je ne regrette pas mon détour et redouble d’attention sur le chemin : aucune envie de me blesser à nouveau… Je prends donc mon temps pour rentrer.

Soirée à l’abri des éléments qui font trembler l’auberge de bois. L’occasion aussi de rencontrer Richard et Ana, californiens en voyage pour un an, que je recroiserais peut-être au cours de mon périple car comme moi, ils ont prévu d’aller en Nouvelle-Zélande, Australie et Vietnam après l’Amérique du Sud…

Les photos de cette journée sont .

Ce matin, j’ai pris à mon tour le bus de 7h30 pour revenir à El Calafate avant de prendre mon avion pour Bariloche en fin d’après-midi. J’écris d’un sympathique café-restaurant-cyber, devant une délicieuse pizza, une chope de bière à portée de main.

Oui, pour ce parcours, j’ai abandonné le bus pour l’avion car la célèbre et difficile ruta 40 est coupée pour travaux plus au nord, ce qui oblige les bus à revenir sur la côte Est avant de repartir à l’Ouest… Pour les voyageurs ce détour signifie 3 bus et 32 heures de route ! Pour le double du prix en bus, j’ai opté pour l’avion qui me permettra d’être rendue en 1h45 de vol ! J’espère que je pourrais apercevoir les Andes !

Une belle escapade que je recommande à tous les voyageurs en Patagonie. Pour la première fois depuis longtemps, je me suis trouvée dans un endroit où les sentiers sont correctement balisés et entretenus, les cartes (sommaires mais suffisantes pour beaucoup de randos) sont mises à disposition, un endroit où l’entrée du parc n’est pas payante (pour vous donner une idée, c’est 60 pesos par jour à El Calafate soit environ 11 €)…

¡ Hasta pronto !



A propos du TDM, la publication précédente est , la publication suivante est ici. 

Rédigé par Laélie

Publié dans #Argentine

Repost 0
Commenter cet article

david 24/10/2009 22:43


que dire? tout cela est tellement extraordinaire. Conserve tes notes et adresses spéciales, elles font des envieux.


Laélie 24/10/2009 23:25


L'endroit est fabuleux et vaut plus qu'un détour de 3 jours ! Quant aux informations, elles sont fournies sur place avec tellement de gentillesse et l'accueil à l'auberge Patagonia est tout
simplement à la hauteur des paysages...


josette jcl 23/10/2009 09:20


malgré le froid vif cela sent le printemps avec ces belles fleures et bourgeons.Magéstueux condors ,oui je croit que tu as du te régaler
merci de t'être gelée pour nous
bisous jcj


Laélie 23/10/2009 21:08



Avec le soleil qui est sortie, je me suis vite réchauffée !
Oui, je me suis régalée à regarder les condors voler : quand on les voit, on comprends pourquoi ils sont devenus le symbole des Andes.



armelle 23/10/2009 09:06


Bon, les condors ça va, j'en ai déjà vu, na ! Mais quelles belles montagnes... je me console en contemplant les premières neiges sur Belledonne... pis ce soir c'est les vacances, et dans 2 jours je
vois mes neveux : c'est Marion qui va être hystérique !!!


Laélie 23/10/2009 21:07


Je sais que t'en as déjà vu, je te taquine.
En matière de neige, j'ai ma dose et je ne m'attendais pas à en voir autant : je suis arrivée hier soir à Bariloche, sous la pluie et ce matin au réveil, c'était tout blanc ! Je viens de regarder
la météo : neige pendant les 3 jours à venir (c'est toujours mieux que là où je vais ensuite... pluie tous les jours !).
Profite bien des bouts de choux ! Bisous à toute la famille.


Maryline 23/10/2009 06:35


y un condor pasa...cela me rapelle une chanson...superbes photos, comme toujours.


Laélie 23/10/2009 21:04


Merci...