Galápagos : premiers temps

Publié le 19 Juin 2014

 

¡ Hola !

 

Déjà une douzaine de jours aux Galápagos et je n'ai encore rien publié sur le sujet. Il faut dire que les 6 jours sans internet sur le bateau ne m'ont pas aidé. Revenons à notre arrivée le 06 juin...


 Un saut de puce depuis Quito et nous voici à Puerto Baquerizo Moreno, petit port de pêche de l'île San Cristobal... aux Galápagos. Le vol de 3h et quelques s'est fait en deux temps car nous avions un court stop à Guayaquil, le temps d'échanger 2 ou 3 touristes contre d'autres, de regarder voler les libellules autour de l'avion et nous repartons.


 A l'arrivée, le choc est brutal : nous sommes passés de 18°C et 2 850 m d'altitude à un bon 35°C chargé d'humidité. Le portage des sacs pour passer la douane et le contrôle sanitaire nous met en sueur. Le départ pour l'hôtel n'est pas instantané : il nous faut regarder partir quelques groupes ou couples pour comprendre qu'il faut poser son sac le premier à l'arrière du pick up pour devenir les clients du chauffeur... Je propose à un couple de texan qui a l'air perdu de partager notre taxi jusqu'au centre ville. Ils repartent tout de suite pour une croisière de 4 jours et ouvrent des yeux comme des soucoupes lorsque nous leur disons que pour notre part, nous sommes là pour 2 semaines... Hé hé, chanceux que nous sommes !


 Nous voici donc au Royal Bambu Inn, à 100 ou 150 m du port. Venez avec nous et allons faire un tour ! Partagez notre émerveillement, ouvrez les yeux comme nous l'avons fait : ici un pélican, là un crabe rouge, une otarie. Non, regarde, il y'en a plein ! Et là, ne serait-ce pas un héron ? Et là, un fou à pied bleu ? Et ces oiseaux dans le ciel ? Pas de doute, ce sont des frégates... Revenons un peu sur nos pas. Waouh ! Là, regarde, là : un iguane !

 

Un petit résumé ci-dessous :


 Equateur 3564B

 

Vous avez du mal à reprendre votre souffle ? Alors imaginez pour nous ? Trop dur la vie de voyageur 

 

Après 2 jours de balade, nous quittons San Cristobal pour Santa Cruz. L'émerveillement est au coin de la rue : à côté du distributeur nous trouvons un « tas » d'iguanes, sur le marché les clients font la queue entre une otarie et un groupe de pélicans sagement alignés...

 

Equateur 3729B


Equateur 3827B 

 

Que voulez vous savoir de plus ? On dort comme des loirs, levé tôt couché tôt. On mange quand on a faim, des plats délicieux accompagnés de légumes rarement connus et de jus de fruits fraîchement préparés... Qui veut nous rejoindre au paradis ?

 

Pour voir les photos de San Cristobal, cliquez iciPour voir celles de Santa Cruz, cliquez . Pour voir les pages de Fabien sur le sujet, c'est par ici ou par ...

 

¡ Hasta Pronto ! 

 

 

 

La publication précédente est , la suivante est ici.

 



Rédigé par Laélie

Publié dans #Equateur

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Agnès Cumin 19/06/2014 18:01

Ah ben t'as raison, on croyait que vous aviez disparu... les nouvelles du voyage nous manquaient!
Qui veut vous rejoindre???
Moi!!!
Magnifiques ces animaux...qui ont l'air zen, comme les habitants. Et ces paysages! Mais ça c'est aussi grâce à tes super photos chère Valérie!
Encore! Encore!!!
et merci.

Laélie 19/06/2014 19:25



Vient, on t'attend ! 



josette 19/06/2014 15:34

sagement aligné chacun son tour chez le marchant de poissons eux aussi essai peu-être de doubler??
attendons la suite des photos avec impatience
bisous a vous deux
JCJ

Laélie 19/06/2014 19:21



Il attendent sagement leur tour... tant qu'il n'y a pas de tripes de poisson en vue 



Nelly et Greg 19/06/2014 09:29

Ca va pour vous on dirait! Continuez à mitrailler pour nous en mettre plein les mirettes, on adore! Sacrés bestiaux aux Galapagos, ces iguanes me font froid dans le dos. Biz

Laélie 19/06/2014 19:20



ça va plutôt bien  on mitraille dès que ça bouge en pensant à vous... 


note que les iguanes sont généralement à moitié endormis, totalement avachis sur leurs cailloux ou sur le dos d'un voisin : on appelle ça "l'iguane atitude". donc pas de soucis avec eux.