Tour des Annapurnas : pfff ! faut descendre...

Publié le 1 Mai 2010


Namasté !

Jeudi 29/04 – onzième jour – de Muktinath (3760 m) à Kagbeni (2800 m) : Lendemain de fête… même pas mal à la tête. Après avoir pris le temps de dormir, nous partons visiter le temple de Muktinath puis reprenons tranquillement la route en direction de Kagbeni.

Sakal qui semble avoir retrouvé des jambes et de l’énergie depuis quelques jours, galope maintenant devant comme un lapin sans se poser la question de savoir si ses clientes suivent… J’ai failli le perdre dans le joli village de Jharkot alors que je prenais des photos et attendais Noam. Il a perdu Ophélie (ni loin  ni longtemps) lorsqu’il a décidé de s’arrêter pour la pause sans nous demander notre avis… Hum…

2010-04-29 1
Il y a au moins le paysage pour me satisfaire : impression d’être revenu au Ladakh. Ce côté du circuit, beaucoup plus sec, me rappelle les paysages minéraux du nord de l’Inde avec les zones irriguées pour seul point de verdure. Qu’est-ce que vous en pensez David, Mary, Armelle ?

Arrivés à Kagbeni, où Sakal aurait perdu la moitié du groupe sans l’attention d’Ophélie, nous retrouvons Paul-Henri qui a laissé sa sœur et ses amis à Jomosom. Sakal tente de nous imposer une auberge, meilleur moyen de provoquer un refus de la part chacune. Nous partons donc à plusieurs explorer les environs et notamment prendre des renseignements dans d’autres auberges dont le fameux Yac Donald pour finalement accepter de rester à la première qui a des chambres et une salle commune agréables et lumineuses. La patronne, très gentille, se révèle être (ou avoir ?) une excellente cuisinière.

Pour couronner une journée où Sakal semble avoir oublié qui sont ses clientes, il se paye le culot de demander aux garçons de lui donner un pourboire… Fraîchement accueilli, il vient aussi, par son comportement, de perdre une partie du notre !

Les photos du jour sont .

Vendredi 30/04 – douzième jour – Kagbeni (2800 m) – Lupra (2790 m) - Jomosom (2720 m) : Nous avons pour ce dernier jour de marche, décidé d’aller avec les gars jusqu’au village de Lupra avant de nous rendre à Jomosom. Ce crochet rallonge le parcours d’une heure environ (sans le temps de pause sur place) mais ce petit village et les paysages environnants nous ont été chaudement recommandés par Paul-Henri. Notre choix est aussi de marcher sans Sakal à qui nous donnons rendez-vous à Jomosom.

Une petite côte bien raide qui calme et nous voici randonnant sur un plateau. Pas trop certains de la direction, Tim demande le chemin à un berger qui confirme que nous sommes sur la bonne voie. Effectivement, peu de temps après, nous apercevons le village tel que nous l’a décrit Paul-Henri : un oasis de verdure étagé dans un environnement totalement minéral. Superbe !

2010-04-30 1
Et c’est là que ça se corse… Le chemin pas toujours très bien tracé semble partir dans différentes directions. Pendant qu’Ophélie, Tim, Noam et moi prenons celui qui nous semble le plus évident, Andrew décide de passer par un autre et Julien part faire des acrobaties par une troisième voie… Le vent qui empêche de se comprendre correctement nous porte à croire que les 2 autres ont décidé de partir directement pour Jomosom sans finalement passer par le village. Incompréhension, impatience… Nous finissons dans le village de Lupra, un peu dépités par le choix d’Andrew et Julien. Nous prenons quand même le temps de boire un thé chez une charmante dame rencontrée dans le village avant de prendre la direction de Jomosom.

Longue longue marche dans le lit de la rivière puis sur la piste poussiéreuse. Marchant tous d’un bon pas nous rejoignons Jomosom vers midi. Tim et moi, qui sommes devant, retrouvons rapidement Andrew et Julien entrain de se remettre de leurs émotions devant une bière. Après quelques explications, nous comprenons ce que le vent nous avait empêché de comprendre et Julien nous raconte sa descente par un semblant de sentier qui est devenu désescalade sur un terrain friable au milieu de roches instables. Il s’est fait peur et nous avons tous de la chance que ça se finisse bien ! Juju, pour ta survie, arrête de passer n’importe où !!!

Nous passons commande pour le repas et en attendant que nos plats arrivent, Ophélie et moi décidons de rejoindre Sakal pour récupérer le sac à dos et clôturer un contrat qui avec le temps nous a donné de moins en moins de satisfaction. Passage des deux check-point successifs et nous retrouvons notre porteur tout étonné de nous voir déjà là (il nous attendais au moins 1h30 plus tard : il n’a jamais su évaluer notre vitesse de marche). Nous récupérons le sac et lui expliquons que nous avons décidé de rentrer en avion. Son salaire inclus la journée du premier mai qui normalement devrait être un temps suffisant pour rejoindre Pokhara en bus… Ce qui ne l’empêche pas de suggérer qu’on lui achète un billet d’avion a lui aussi. Glups ! 80$ au lieu des 300 roupies nécessaires à quelqu’un du pays pour faire le trajet en bus : il perd pas le nord ! C’est clairement non ! On lui donne un pourboire déjà bien généreux et qui inclus les frais de retour et bye bye.

On rejoins rapidement les gars malgré le gros sac à dos : volumineux mais finalement à peine plus lourd que nos petits sacs (c’est donc pas ça qui pouvait le ralentir au début du trek). Nous arrivons pil poil pour se faire servir nos plats et passons une partie de l’après-midi tous ensemble. Puis c’est l’heure de se séparer car ils ont décidé de continuer jusqu’à Marpha ce jour là. Bye bye guys ! See you later ! Take care !

Voilà, nous nous retrouvons toutes les deux dans une petite auberge agréable. Mélange de tristesse et de soulagement.

Les photos du jour sont .

Samedi 01/05 – treizième jour – de Jomosom (2720 m) à Pokhara (820 m) : Deux minutes à pied de l’auberge et nous voici dans l’aéroport à attendre le plus petit coucou que j’ai jamais pris pour prendre le vol le plus court de mon voyage !

2010-05-01 1
L’engin arrive, nous embarquons. L’hôtesse distribue rapidement bonbons à la menthe et boules de coton pour les oreilles et nous décollons pour 25 petites minutes de vol.

2010-05-01 2
Le temps d’admirer quelques sommets et c’est déjà Pokhara où nous retrouvons une chaleur humide oubliée et pas forcément très agréable. Où est le vent des cimes ?

Les photos du vol sont .

 

Pour revoir toute l'équipe en trek, cliquez ici (quelques nouvelles photos par rapport aux diaporamas quotidiens).


Pour lire les articles d'Ophélie, cliquez pour la première partie et ici pour la seconde. Vous constaterez des divergences d'orthographes voire d'altitude pour les sites… La traduction des noms propres n'est pas une science exacte et il semble que l'altitude soit variable en fonction des sources ! Faites une moyenne et vous serait certainement près du compte !!!

 

 


Et voilà, c’est fini… Enfin, pour le récit du trek, pas pour le voyage. Je vous retrouve bientôt !



A propos du TDM, la publication précédente est , la publication suivante est ici. 

Rédigé par Laélie

Publié dans #Népal

Repost 0
Commenter cet article

Nelly et Greg 14/05/2010 19:57


Tout simplement vertigineux: on présume que c'est un point fort de ce merveilleux tour du monde!


Laélie 15/05/2010 07:15



ça restera clairement un superbe souvenir...



Maryline 08/05/2010 08:00


C'est vrai qu'on a un petit goût de Laddak dans tes photos...tu as vécu un super treck avec un groupe qui a l'air vraiment sympa... je t'envie, j'aurais aimé partager cette aventure avec toi.


Laélie 08/05/2010 14:13



Comme à chaque fois que je suis en montagne, c'est à vous que je pense en premier.


Une bonne équipe est la meilleure chose pour garder motivation et énergie ! Ce qui est super, c'est qu'on soit tous passés, que personne ne soit resté en rade car ça aurait été difficile à gérer.