Ushuaia, fin del mondo principio de todo

Publié le 12 Octobre 2009


¡ Hola !

Samedi : Me voici prête à m’envoler pour le bout du monde… Il me faudra patienter un peu car pour cause de météo défavorable l’avion décolle avec 2 heures de retard. Il est presque minuit lorsque j’arrive à Ushuaia.

Hier : Au réveil, il fait un soleil magnifique dont je profite pour découvrir la ville. Bonne idée car ce temps ne dure pas et le ciel se couvre rapidement. Quelques gouttes et une sieste plus tard, je me réveille à nouveau avec le beau temps qui à nouveau ne dure pas… On croirait les giboulées de mars !


Je repars faire un tour en ville et sur le port je m’inscris pour un tour en bateau pour le lendemain. Je dois me rendre sur différentes îles du Canal de Beagle avec la Tres Maria, un petit rafiot qui n’emmène qu’une dizaine de personnes à chaque sortie et aborde sur une île privée où, au milieu d’une végétation préservée, vit une colonie de cormorans.


Aujourd’hui : Au réveil le ciel est couvert et le temps de prendre mon petit déjeuner il se met à floconner. Je me rends tout de même au port me doutant que la sortie va être reportée. C’est confirmé d’autant que le temps doit empirer dans la journée.

Je profite d’être là pour regarder les préparations du jour car aujourd’hui est un jour spécial pour la ville : ça fait 125 ans que le drapeau argentin a été hissé pour la première fois à Ushuaia. Au programme : défilé et barbecues.


En attendant le début de la commémoration, je me réfugie dans un bar pour prendre un café revigorant car ça caille carrément !

11h, discourt del intendente (équivalent du maire) puis le défilé commence. Chaque école, association sont représentées. Ça commence par les bouts de choux, se poursuit avec les ados et finit par les adultes…


Je ne verrais pas la fin du défilé car au bout de 2 heures, trempée et frigorifiée, je prends la direction de l’auberge pour me préparer une bonne soupe bien chaude. J’ai en main un délicieux choripan que je mange en remontant les pentes de la ville.

Je m’installe près de la fenêtre d’où je regarde tomber la neige en compagnie du chat de l’auberge qui a tendance à vouloir s’incruster sur mon clavier… Est-ce si confortable ?


J’espère que demain la météo sera meilleure !

Pour voir quelques photos de la ville, cliquez ici. Les photos du défilé sont .

¡ Hasta pronto !



A propos du TDM, la publication précédente est , la publication suivante est ici.

Rédigé par Laélie

Publié dans #Argentine

Repost 0
Commenter cet article

david 13/10/2009 18:21


dis-moi, t'es pas un peu en avance sur la saison...? ou c'est un choix délibéré de subir la tempeta au bout du monde, de ressentir pleinement l'ambiance de l'endroit?


Laélie 13/10/2009 22:53



Je fais les saisons à l'envers : le printemps avec mimosa et jonquilles à Puerto Madryn, tempête de neige ici... C'est pas volontaire mais j'apprécie l'ambiance que ça donne à la ville. Un bout
du monde qui me plait bien et qui me fait penser à une petite île perdu au milieu de l'Atlantique si tu vois de quel coin je parle.

Les fuégiens sont des gens sympatiques et chaleureux : ça compense avec la fraîcheur extérieure !



josette jc 13/10/2009 08:58


caille caille au bout du monde!cela me rappelle des souvenirs d'Islande. adorables et courageux les petits qui défilent.
le minou qui regarde tombé la neige, en se disant peu être qui sont fou de défilés par un temps pareil.
bisous jcj


Laélie 13/10/2009 22:58


Je confirme, ils sont fous de faire défiler ces petits bouts avec ce temps car même bien habillé y'en avait quelques uns qui grelottaient ! Le chat, lui, sait bien où se trouve la chaleur...


Maryline 13/10/2009 07:05


J'me demande ce qu'il y avait dans ta consommation au bar... car tu vois des éléphants jaunes !
cette ville me fait penser à l'islande avec ses maisons.
J'adore ce mur de manchots !
Bonne balade en bateau...si la météo le permet.


Laélie 13/10/2009 22:55


C'était une délicieuse bière artisanale : una cerveza negra.
Pour le bateau, va falloir attendre encore un peu : c'est le deuxième jour qu'il neige sans discontinuer !