Valparaiso et La Isla Negra

Publié le 13 Novembre 2009


¡ Hola !

A Valparaiso, j’ai retrouvé le plaisir de déambuler dans les rues au rythme de mes pas, de manger des brochettes et boire des jus de fruits achetés à des vendeurs ambulants.


A Valparaiso, j’ai découvert un poète et sa maison.


A Valparaiso, j’ai rencontré Pablo Neruda… Ou plutôt, les traces de son passage.

Je connais peu l’histoire de sa vie et je connais peu ses œuvres. J’ai eu plaisir à aller à sa rencontre, découvrir la poésie qu’il avait mis dans sa vie, que l’on respire dans ses maisons et dans ses textes. J’aime l’idée d’un poète capable d’écrire une ode à la tomate ou à l’oignon…

Pour les hispanophones, voici un de ses textes… que je ne m’aventurerais pas à traduire ici même si j’en comprends le sens :

Oda al caldillo de congrio

En el mar tormentoso de Chile vive el rosado congrio, gigante anguila de nevada carne. Y en las ollas chilenas, en la costa, nació el caldillo grávido y suculento, provechoso. Lleven a la cocina el congrio desollado, su piel manchada cede como un guante y al descubierto queda entonces el racimo del mar, el congrio tierno reluce ya desnudo, preparado para nuestro apetito.

Ahora recorges ajos, acaricia primero ese marfil precioso, huele su fragancia iracunda, entonces deja el ajo picado caer con la cebolla y el tomate hasta que la cebolla tenga de color oro.

Mientras tanto se cuecen con el vapor los regios camarones marinos ya llegaron a su punto, cuando cuajó el sabor en una salsa formada con el jugo del océano y por el agua clara que desprendió la luz de la cebolla, entonces que entre el congrio y se sumerja en gloria, que en la olla se aceite, se contraiga y se impregne.

Ya sólo es necesario dejar en el manjar caer la crema como una rosa espesa, y al fuego lentamente entregar el tesoro hasta que en el caldillo se calienten las esencias de Chile, y a la mesa llegen recién casados los sabores del mar y de la tierra para que en ese plato tú conozcas el cielo.

Pablo Neruda


Cette fois, j’ai suivi tes conseils Chris et je suis allée visiter sa maison de Valparaiso, La Sebastiana ; puis celle de la Isla Negra. Tu as raison, même en espagnol la poésie parle au cœur. Et me voici avec un recueil de poèmes entre les mains…

A part ça, j’ai aussi fait connaissance avec Benoît, bordelais en voyage pour 6 mois : sympathique soirée à papoter autour d’une bouteille de bière, balade à la Isla Negra ensemble… Bon voyage Benoît, et attention aux plats douteux !


Je vous laisse regarder ici les photos faites à Valparaiso au fil de mes déambulations, vous y trouver quelques vues faites de la Sebastiana (pas de photos de l’intérieur : interdit). Et en cliquant , vous trouverez les photos faites à la Isla Negra, une petite ville à 1h30 de bus de Valparaiso.

D’autre part, je vous rappelle qu’ici c’est le printemps : ce qui me donne l’occasion de vivre cette année une seconde saison de cerises et de fraises…


Enfin, une de mes activités valparaisienne (?) a consisté a chercher (et trouver) un nouvel appareil photo. Je savais qu’il me faudrait en acheter un autre en cours de route. Le moteur du zoom arrive à un stade critique avec des difficultés à mouvoir l’objectif pour faire une mise au point "propre". J’ai décidé de ne pas attendre plus, la mise un point étant quand même un élément capital d’une photo… et puis je ne voulais pas prendre le risque de le voir en panne lors de mon étape suivante… dont je vous parlerai très prochainement !

¡ Hasta pronto !



A propos du TDM, la publication précédente est , la publication suivante est ici.

Rédigé par Laélie

Publié dans #Chili

Repost 0
Commenter cet article

Guillaume 21/11/2009 07:01


Salut Val,
Effectivement, tres belles photos. Ca y est, je suis ton aventure de pres dorenavant. Moi, j'ai pas compris le poeme. Signe que j'ai a me remettre d'urgence a l'Espagnol!!! A tout bientot. Assez
impatient de lire tes etats d'ame sur l'Ile de Paques. Bisous.


Laélie 22/11/2009 17:08


Tu te mettras à l'espagnol en arrivant ici, ça m'étonnerai que t'es l'occasion de le faire avant... Et tu pourras tester ton niveau en venant relire le poème ;-) Si j'ai bien lu, on aura pas de
nouvelles de toi pendant quelques semaines... Alors bon voyage et à bientôt !


Chris 17/11/2009 23:12


Merci pour l'Ode à la soupe au congre ! C'est ainsi que Pablo Neruda se donnait toutes les libertés, des plus frivoles aux plus profondes ;-))


Laélie 19/11/2009 18:51



Lire ce poème me donne instantanément envie de cuisiner cette délicieuse soupe ! J'en ai l'eau à la bouche... J'ai aussi commencé à lire "Los versos del Capitán"... Une façon d'apprendre les noms
des différentes zones du corps ;-)



josettejc 17/11/2009 22:22


attention l'abus de cerises fait autant d'effet que l'abus de châtaignes.
belle ville que Valparaiso.Les fleurs,ça sent le printemps.
bises jcj


Laélie 19/11/2009 18:46


Valparaiso est une ville agréable où il y a pas trop de risque de se perdre...
C'était sympa de trouver enfin des températures en lien avec la saison !


Maryline 17/11/2009 20:22


Avec ces cerises...j'en ai l'eau à la bouche...cela change des chataîgnes !!!


Laélie 19/11/2009 18:45



Il y a des moment, en Patagonie notamment, où j'aurai volontier avalé une délicieuse soupe chataîgnes-potiron ! Mais là, avec les températures printanières (enfin !), c'était agréable de manger
des cerises en marchant dans la rue...